Questionsdegenre

Un site utilisant unblog.fr

 
  • Accueil
  • > Non classé
  • > Les études honorent aujourd’hui la femme et non plus le mariage soutient Céline SIKULISIMWA Pole, Directeur générale de l’école supérieure en sciences et technologie de l’eau

Les études honorent aujourd’hui la femme et non plus le mariage soutient Céline SIKULISIMWA Pole, Directeur générale de l’école supérieure en sciences et technologie de l’eau

La rentrée académique officiellement est fixée au 15 octobre prochain. Quand bien même dans certaines institutions d’enseignement supérieur on est pas encore prêt pour rouvrir les auditoires. Cela n’  a pas empêché l’émission questions de genre de mardi 6 octobre 2014 sur la radio nationale, RTNC- la Voix du peuple d’aborder les différents problèmes  liés à la vie académique en RDC

.Le professeur  Céline SIKULISIMWA Pole, Directeur générale de l’école supérieure en sciences et technologie de l’eau de l’université de Kinshasa, invitée de ce numéro, a rassuré que son institution se prépare bien pour la rentrée académique prochaine. « Les professeurs sont déjà à l’étape de l’évaluation de l’année académique passée. Pour cette rentrée, toutes les batteries sont mises en marche pour lutter contre la baisse de l’enseignement supérieur ».

                                                                       celine_SIKULISIMWA1-350x350

Le DG de l’ESSTA, docteur et spécialiste en technologie des eaux, impute cette baisse du niveau l’enseignement supérieur à la baisse du niveau de l’enseignement de base, partant de la maternelle au secondaire. « Les produits que nous recevons ne sont que les produits venus d’en bas. Si les produits qui nous arrivent à l’université ne sont pas bons quelque soit les enseignements, on ne peut avoir rien de bon. Pour relever le niveau de l’enseignement au stade supérieur, il faut qu’on arrive à s’asseoir et à réfléchir d’abord sur ce qui ne va pas au niveau de secondaire et primaire ».

D’autres maux  rongent l’enseignement supérieur en RDC. On peut citer notamment le phénomène dit « point sexuellement transmissible ou le PST ». Tout en soutenant que son école  et elle- même ne sont jamais tombées dans  cette situation. « Aucun étudiant ne  m’ jamais proposé ca. ». Le professeur  Céline SIKULISIMWA Pole est d’avis formel qu’il faut  lutter farouchement contre ce phénomène qui a peut très, selon elle, trouvé sa base dans le comportement des étudiantes. « Souvent les filles viennent avec des a priori. Je sais que il ya aussi de filles qui ne passent pas par là. C’est comme pour la promotion dite canapé ».

S’agissant de la représentativité  de la femme dans l’enseignement supérieur et universitaire, Le DG de l’ESSTA regrette le nombre encore faible de femmes notamment dans le corps professoral. Elle plaide pour une représentativité effective de la femme dans l’enseignement supérieur et universitaire en RDC. «  On remarque que les femmes sont toujours très minoritaires par rapport aux hommes ».

Tout comme elle plaide aussi pour que les filles fassent les sciences dites exactes à l’université.

Professeur-Céline-Pole

Le professeur  Céline SIKULISIMWA Pole, Directeur générale de l’école supérieure en sciences et technologie de l’eau de l’université de Kinshasa pense que  les filles ont tout simplement la crainte. « Les facultés de sciences demandent de sacrifice et une certaine discipline. Ce n’est pas tout le monde qui l’accepte aujourd’hui. Il faut aimer ce qu’on fait et avoir la vision de son avenir ». Elle invite le pouvoir public à développer une certaine incitation au près de filles pour faire les sciences « en accordant, par exemple de bourses à celles qi font les sciences »

Cette éducatrice reproche aussi les parents de mal orienter leurs enfants à l’université. «  Les parents ont tendance à canaliser les enfants par rapport à ce qu’eux ont fait ».

Ils exhortent les parents et en même temps aussi les filles pour les études supérieures. « Les études honorent aujourd’hui la femme et non plus le mariage  ».

L’école supérieure en sciences et technologie de l’eau de l’université de Kinshasa est une institution de post universitaire rattachée à l’université de Kinshasa. Elle accueille ceux qui ont déjà fini l’université. «  Il ya des dames mais leur nombre est faible par rapport aux hommes » regrette son directeur général qui précise aussi que son institution n’impose pas une tenue vestimentaire à l’occurrence le pagne aux étudiantes comme dans d’autres instituts.

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le 7 octobre 2014
A 11 h 04 min
Commentaires : 0
 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Ramadanreplay |
Thock1979 |
Secretstory7infos |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tournagelost
| Toikytikonai
| the official green coffee b...