Questionsdegenre

Un site utilisant unblog.fr

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 1 juillet 2014

il faut une rehabilitation de la veuve plaide Laure Marie KITANU Mbembi, présidente de l’ASPVV, Association Solidarité pour les Personnes Vivant avec le Veuvage

 « Quand on perd son mari, on devient une femme à problèmes. Personne ne voudrait vous approcher de peur d’être sujet aux demandes. » Ces propos qui résument le sort de la femme qui perd son mari en RDC sont ceux  de Laure Marie KITANU Mbembi, présidente de l’ASPVV, Association Solidarité pour les Personnes Vivant avec le Veuvage, invitée de  l’émission Questions de genre mardi 1 er juillet 2014 sur la RTNC-La voix du peuple.

Militant à la tête d’une structure qui s’occupe des veuves et veuve elle-meme, elle connait la situation de femmes qui ont perdu leur conjoint. C’est à juste titre qu’elle soutient  que « la situation socio-économique voire juridique de la veuve est catastrophique en RDC ». D’où son appel au gouvernement  à songer à cette catégorie des vulnérables et au parlement qui vote les lois, de prendre en compte la situation de la femme veuve dans la révision du code de famille. Ce qui serait pense t- elle « une façon de réhabiliter la veuve ».

Sa structure, a-t-elle indiqué, œuvre dans ce sens par le regroupement de veuves, la formation sur  la tenue des micros entreprises et la promotion de leurs activités. L’Association Solidarité pour les Personnes Vivant avec le Veuvage, l’organisation qui a 5 ans, a déjà soutenu 20 veuves avec un fond de démarrage  de 200 dollars à chacune grâce à l’appui de l’UCOP, a informé sa présidente Laure Marie KITANU Mbembi.

 D’où ses encouragement aux «  veuves à se surpasser pour ne pas se laisser abattre et à se reconstruire une nouvelle vie » et son appel aux veuves à adhérer dans les organisations féminines notamment la sienne mais aussi à savoir créer de petites activités génératrices de revenus.

Laure Marie KITANU Mbembi lie la condition de la veuve à celle de l’orphelin qui perd son père. Leurs conditions sont presque similaires. « Lorsqu’on parle des veuves on voit directement les orphelins. Mais ces deux catégories sont négligées par la société congolaise, elles sont abandonnées à leur triste sort. »

La présidente de l’Association Solidarité pour les Personnes Vivant avec le Veuvage(ASPVV) dénonce haut et fort  la maltraitance dont sont victimes la veuve et l’orphelin de la part de la famille du disparu. « Très souvent la famille du défunt mari s’accapare de tous les biens et laisse les véritables orphelins dans la rue. Pire encore si le défunt ne possédait pas des biens, sa famille n’acceptera jamais de prendre les enfants. »

Elle reste, cependant, sidérée de voir la même famille qui maltraite notamment les orphelins revendiquer avoir droit sur eux lorsqu’il ya un profit. «  Moi-même qui vous  parle, j’ai cinq enfants et aucun jour un oncle ou une tante n’a jamais suppléer avec quoi que ce soit. Mais lorsqu’arrivera le moment de marier ma fille ils vont se présenter pour réclamer leur part en tant que famille du papa. »

Ne pouvant dissocier la situation de la veuve et de l’orphelin, la présidente de l’ASPVV a crée en son sein une structure dénommée « orphelins enfants vulnérables » (OEV). « Nous encadrons plus au moins 170enfants et nous payons les frais de scolarité pour 100 d’entr’eux avec l’aide des partenaires et des particuliers. »

 

Contact de l’ASPVV.

Siège : avenue M4, camp Pinzi quartier Yolo sud, commune de Kalamu à Kinshasa. Téléphones : 00243998141468,00243821079925

Courriel : aspvv.congo@yahoo.com      

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le 1 juillet 2014
A 11 h 14 min
Commentaires : 3
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 1 juillet 2014

les questions de femmes ont eu leur place à la la 25 ème session du Forum Crans Montana à Rabat

Il s’est tenu du 19 au 22 juin 2014 à Rabat, capitale du Maroc, la 25 ème session du Forum Crans Montana. Cette organisation internationale travaille en étroite collaboration avec d’autres organisations pour la construction d’un monde plus humain.

TAM_9582_0

Pour ses 25 ans d’existence, le Forum Crans Montana a réuni des grandes personnalités comme les présidents du Burkina-Faso, du Burundi et de Monténégro, de premiers ministres et de ministres.

Au cours de ce forum, il s’est aussi tenu le programme Africa Women’s Forum Crans Montana avec des invitées spéciales : la présidente de Malte, les premières dames du Burkina-Faso, de l’Afrique du sud, de Monténégro et celle de l’Etat de River au Nigeria et aussi la Représentante personnelle du chef de l’Etat de la RDC à la Francophonie, isabel Tshombe.

Cette rencontre s’est consacrée aux problématiques de la femme dans la société africaine et celle islamique et aux initiatives de femmes en Afrique. Le député français

Mr Lassale s’est dit satisfait de ce programme destiné aux femmes : « aujourd’hui, malheureusement d’une manière générale dans des réunions, en particulier nous les hommes, nous ne parlons plus. Nous énonçons des chiffres. Nous énonçons des raisonnements. Personne ne comprend rien. J’étais touché tout au long de la conférence de femmes de voir leur fraicheur, leur intelligence, la force, de l émotion avec laquelle elles expriment leur conditions mais aussi la condition humaine. Je crois que c’est en parlant de cette manière là qu’elles vont faire progresser l’humanité ».

Pour sa part, Solange Dikunzieka de la diaspora a bien salué l’appel de la Représentante personnelle du chef de l’Etat de la RDC à la Francophonie lancé aux africaines de garder leur valeurs.

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le
A 10 h 55 min
Commentaires :1
 
 
 

Ramadanreplay |
Thock1979 |
Secretstory7infos |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tournagelost
| Toikytikonai
| the official green coffee b...