Questionsdegenre

Un site utilisant unblog.fr

 

Lumbu Kuba Nanouche, une footballeuse engagée

 

Elles sont  rares les femmes qui pratiquent le football en RDC. parmi celles qui raffolent le sport, il y a Lumbu Kuba Nanouche. Cette footballeuse évolue dans l’équipe force terrestre à Kinshasa.

Elle est plusieurs fois sélectionnée dans l’équipe nationale de football féminin. Et grâce à cette sélection, elle a pu jouer dans une trentaine de pays.

son métier puisque c’est un ne constitue pas un frein pour exprimer sa féminité. pour elle , le sport et les taches ménagères de la maison ne se sont pas incompatibles. Cette sportive estime que la différence entre une sportive  pratiquante  et une femme qui ne pratique pas le sport réside seulement dans la morphologie.lumbu kuba

« la pratique de ce métier n’entrave en rien ma féminité. Je suis différentes des autres femmes que par la forme de mon corps.car , j’ai appris à développer mes muscles. »

malgré le refus de ses parents  de la voir faire du foot comme un métier, Nanouche a poursuivi son rêve qu’elle compte arrêter d’ici là. » vu mon âge, j’envisage déjà la fin de ma carrière de footballeuse, mais je vais embrasser la carrière d’arbitre »

cette célibataire d’une trentaine d’année ne regrette pas d’avoir consacré une  même si il a un seul regret: le manque d’une rémunération  conséquente. « le sport de femmes dans notre pays ne paie pas. Et pourtant, nous faisons l’honneur de cette nation comme les Léopards hommes ».

 

 

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le 20 mai 2014
A 11 h 17 min
Commentaires : 0
 
 

2 ème sommet national sur le genre et le développement

 95 candidats et candidates ont concouru lors du 2 ème sommet national sur le genre et le développement du 6 au 8 mai à l’hôtel Invest à Kinshasa. Les participants issus de secteurs de médias, des structures étatiques et associatives sont venus de toute la RDC sauf de la province orientale et du Maniema pour ce grand concours national ,organisé par l’UCOFEM et son partenaire sud africain GENDERLINKS.

Au finish, 22 candidats ont été primés dans 9 catégories. Une seule catégorie, à savoir gouvernement, n’a pas eu des lauréats. Et pour cause, une seule candidature a été enregistrée. Chaque catégorie a connu 2 gagnants et exceptionnellement dans la catégorie « leadership », il ya eu 3 gagnants dont 2 ex æquo et dans la catégorie « centre d’excellences de médias » avec un prix de meilleure performance. Les autres catégories primées sont : les droits de femmes, les changements climatiques, les violences basées sur le genre, les contenus radio, télévisé, presse écrite et photojournalisme.

elodie musafiri et jeanne kavuo avec leur prix

Le journaliste Jonas MUNDINDAMBI de la RTNC, lauréat pour le contenu télévisé se réjouit de sa victoire pour sa 2 ème participation au sommet national « je suis très content par ce qu’on a travaillé efficacement. L’année passée lors de la première édition du sommet, nous n’avons pas gagné. Nous avons travaillé sur les concertations nationales. Vous même vous avez vu comment les gens voulaient se battre pour le quota. Nous avons travaillé sur ce sujet. Nous avons fait des plaidoyers pour les femmes. Elles ont parlé. J’ai présenté les résultats de ces concertations nationales »

Satisfaction aussi pour Esperance MAWANZO, fondatrice de l’observatoire de la parité, lauréate dans la catégorie leadership. « C’est une sorte de fierté que j’ai ressentie.je ne dis pas que je n’imaginais pas perdre .En venant ici et en voyant aussi beaucoup de candidates.je n’ai pas eu peur par ce que c’était le fruit de mon travail »

Les gagnants du sommet national de la RDC vont se défendre au cours du sommet régional de la SADC sur le genre et le développement. Rendez vous donc pris pour fin mai à Johannesburg en Afrique du sud.

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le 13 mai 2014
A 10 h 47 min
Commentaires : 2
 
 

LUTULA Bilonda;Fonctionnaire de l’état et Maitre en judo

 

Elle a un double casquette, LUTULA BILONDA Louisette. Ses intimes de sports et de judo l’ont surnommé ¨GUEVARA¨. Notre femme est fonctionnaire au ministère des affaires étrangères où elle travaille à la transmission comme agent technique car ayant fait les études supérieures à l’institut technique des sciences appliquées, ISTA, option radio-opérateur. Louisette BILONDA pratique aussi le judo depuis 1979. Comment en est-il arrivé là ? « j’ai commencé à pratiquer le sport à l’âge de quinze ans. A cette époque j’étais encore élève. En classe j’amenais dans mon sac et mes cahiers et mon kimono. Après les cours j’allais directement à l’entrainement. Mon attitude ne surprenait pas vraiment mes amis parce que j’étais comme un garçon de par ma morphologie. Quand je me suis décidée à commencer le judo ma mère était déjà morte, mon père lui n’avait rien dit. Mon ambition pour le sport, je peux dire que c’est dans le sang car nous sommes une famille des sportifs. Mon père fut boxeur et puis président de la fédération zaïroise de boxe. Mon oncle qui est en Europe fut un catcheur, un autre oncle qui est ici a fait le judo c’est d’ailleurs lui qui m’avait amené chez maitre MASIXTE, paix à son âme, mon maitre qui m’a encadré ».

La cinquantaine révolue, maitre Louisette ne regrette pas d’avoir pratiqué le judo parce que même le regard de son entourage ne l’avait jamais ébranlé « j’aime beaucoup le sport que je pratique. D’ailleurs lorsque j’étais petite, il suffisait qu’un ami me dise : tu es bourreau, pour que je me batte avec. le judo m’a ouvert l’esprit et permis de côtoyer beaucoup de monde. C’est un bon sport car ça permet à celui qui le pratique de se défendre en cas d’attaque par exemple.  Cela ne m’empêche pas aussi de faire mon travail ni de m’occuper de mes enfants. » 

Maitre judoka 4ème Dan, Louisette LUTULA est actuellement trésorière à la fédération nationale de judo. De son parcours, elle garde cependant un mauvais souvenir, celui de ne pas participer aux compétitions internationales : « quand nous avons commencé à pratiquer le judo, les filles ne sortaient pas. Les dirigeants de la fédération à l’époque ne voulaient pas que les filles participent aux compétitions internationales  et c’est pourquoi telle que vous me voyez ici je tends vers la retraite mais je n’ai eu aucune médaille. En bref, le sport ne nourrit pas son homme, si vous voulez pratiquer le sport faites-le seulement à cause de votre santé ou encore pour vous distraire mais ne croyez pas que vous aurez de l’argent. J’encouragerai les jeunes filles à pratiquer le judo, mais d’étudier d’abord pour avoir un emploi sinon elles vont mourir pauvre comme nous leurs ainées. »

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le 6 mai 2014
A 11 h 00 min
Commentaires :1
 
 
 

Ramadanreplay |
Thock1979 |
Secretstory7infos |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tournagelost
| Toikytikonai
| the official green coffee b...