Questionsdegenre

Un site utilisant unblog.fr

 
  • Accueil
  • > Non classé
  • > Thèrese kATUNDU change la donne dans la repartition des taches aux champs

Thèrese kATUNDU change la donne dans la repartition des taches aux champs

Elle a mis de coté son diplôme de sociologie pour s’adonner à l’agriculture, Thérèse KATUNDU est l’une de ces femmes qui a su défier les stéréotypes. Aujourd’hui, elle se dit défenseure des droits humains parce qu’ayant vécu, avec ses sœurs, la discrimination au sein du toit parental, étant elle-même le fruit d’un couple qui n’avait eu que des filles : « nous sommes cinq filles dans notre famille. Notre père, lorsqu’il avait vu que notre maman n’avait que des filles, il l’avait abandonné pour une autre femme, nous avons grandi à coté de notre maman qui nous a nourri et fait étudier à partir des produits des champs. Ainsi, nous nous sommes dit qu’il faut que nous travaillions dur pour prouver à notre père que ce n’était pas inutile de nous avoir comme enfant. Aujourd’hui, je vous assure nous toutes cinq avons fini les études supérieures malheureusement notre papa est déjà mort mais quand même nous faisons la fierté de notre maman ».

Madame Thérèse KATUNDU est licenciée en sociologie à l’université de Lubumbashi au Katanga. La quarantaine révolue, notre femme, originaire du Nord-Kivu est agricultrice de profession. Actuellement elle coordonne la SOFEJEP, la solidarité d’organisations des femmes et des jeunes producteurs agricoles. « J’ai commencé à faire les champs quand j’étais à l’Université de Lubumbashi. A coté des homes, je cultivais les légumes (chou, épinards, tomates….) que les femmes du marché venaient acheter pour revendre. Cet argent m’aidait beaucoup à subvenir à mes besoins étant loin de ma famille. Lorsque j’ai finis mes études et suis rentrée dans ma ville natale, j’ai jugé bon de me tourner vers la terre. Dans notre travail nous nous sommes organisés en association et nous nous sommes dits finis l’époque où la femme doit tout faire au champ et l’homme attend seulement le fruit de la moisson à la maison. Ainsi, nous sensibilisons les hommes et les femmes que l’homme aussi peut défricher, semer tout comme récolter ou vendre les produits du champ ».                 

Mariée et mère de trois filles, Thérèse KATUNDU habite la ville de Butembo et possède de grandes étendues de champs de haricot, de paddy et de manioc à Béni, Lubero et Kasindi toujours au Nord-Kivu. Cependant, elle arrive à bien gérer son temps entre son ménage et son travail : « A la maison, nous avons établi un horaire de telle sorte que si moi je peux aller superviser les travaux aux champs aujourd’hui, demain je m’occupe des travaux ménagers et mon mari fait la supervision et vice-versa. De cette façon, on n’a pas des problèmes surtout que mes enfants ont déjà grandis ». 

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le 8 avril 2014
A 10 h 49 min
Commentaires : 0
 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Ramadanreplay |
Thock1979 |
Secretstory7infos |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tournagelost
| Toikytikonai
| the official green coffee b...