Questionsdegenre

Un site utilisant unblog.fr

 
  • Accueil
  • > Non classé
  • > Rombeaut OTABA, journaliste à l’Observateur : la nouvelle vision gouvernementale de la célébration de la journée internationale de la femme doit se perpétuer.

Rombeaut OTABA, journaliste à l’Observateur : la nouvelle vision gouvernementale de la célébration de la journée internationale de la femme doit se perpétuer.

Applaudie ou décriée, la décision gouvernementale de la célébration  de la journée internationale de la femme  a été reconduite cette année : pas de défilé, pas de pagne dit officiel .Rien que de la réflexion sur la condition de la femme.

 Rombeaut OTABA, journaliste à l’Observateur paraissant à Kinshasa, est de ces personnes qui soutiennent haut et fort cette  nouvelle vision du gouvernement pour la journée internationale de la femme. otaba

Invité de Questions de genre de mardi 25 mars 2014 sur la RTNC –la voix du peuple, il plaide pour le maintien définitif de cette décision. «  L’option prise par le gouvernement mérite désormais d’être encrée dans la mentalité de la femme (…). Cette décision que le gouvernement a prise ne doit plus faire l’objet d’une quelconque négociation.  On ne peut plus revenir la dessus. Et si aujourd’hui, par malheur, un gouvernement revenait avec cette pratique de pagne, aux femmes de dire non. »

 On se rappellera que c’était  à quelques  jours de la commémoration de la journée internationale de la femme  de 2013 que Geneviève INAGOSI Bulo Kasongo,  ministre du genre, famille et enfant, au nom du gouvernement MATATA annonçait la nouvelle façon pour la communauté nationale de célébrer la journée internationale de la femme.

Cette nouvelle était tombée comme un couperet pour différentes structures impliquées dans la commercialisation du pagne officiel du 8 mars. Ce pagne qui se substituait à la journée au point de lui volait le contenu  était ,on ne peut pas se voiler la face, une affaire de gros sous affirme  le journaliste Rombeaut OTABA, ce témoin de la société congolaise. « Il fallait voir ce que cela coûtait à la trésorerie de l’état congolais ; des entreprises tant privées que publiques. Par ce que le port du pagne était une obligation. Evidement ce n’est pas un secret pour personne dans cette histoire de pagne ;il y avait des commissions. Il appartient au gouvernement  de voir si il faut encore de pagnes pour d’autres circonstances ou journée internationale ».  

 Selon certaines personnes, ce virage appelait à un travail de communication et de sensibilisation de femmes, les premières concernées .Certaines femmes croient même que cette journée mondiale est supprimée en RDC. Pour notre confrère,  « la transition n’a jamais été chose facile. Mais il appartient aux femmes intellectuelles de faire comprendre aux autres la nouvelle vision. Elles doivent arriver à faire remonter les autres et non pas se laisser ravaler vers le bas ».

 La question sur la condition de la femme est une question de droits de l’Homme et non pas une question de femmes comme malheureusement le pense même les femmes elles mêmes.  Dans la nouvelle vision du gouvernement sur la célébration de la journée internationale de la femme, Rombeaut OTABA  appelle à l’implication des hommes  dans les réflexions. « J’appui l’intégration des hommes  dans le combat de la femme. On parle du genre. Ce n’est pas seulement le féminin. C’est aussi le masculin. Il y a une grande entorse da la perception de ce terme en RDC. Lorsqu’ on organise des réflexions. Est que l’homme est effectivement associé ?». En même temps, il appelle aussi le gouvernement à travers le ministère du genre, famille et enfant de prendre des stratégies pour atteindre davantage  les femmes rurales.

Rombeaut OTABA reconnaît, toutefois, que c’est à la femme de réclamer ses droits. Le journaliste à l’Observateur souhaite voir le gouvernement continuer à militer  pour la dignité de la congolaise au delà de sa décision de la célébration  de la journée internationale de la femme. «On continue à utiliser la femme comme objet .Je pense que le gouvernement  doit aller même au-delà de ce que il a pris comme décision. Des scènes obscènes à la télévision et avec des musiciens. Ce   sont les femmes qui doivent se soulever  pour dire non à cette pratique honteuse. »

 

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le 25 mars 2014
A 10 h 42 min
Commentaires : 3
 

3 Commentaires

  1.  
    Sandra Bisela
    Sandra Bisela écrit:

    C’est vrai que depuis que la ministre du genre ; madame INAGOSI a pris cette décision, on en a encore parlé qu’à l’approche du 8 mars. Il faut continuer à en parler dans les médias pour une bonne sensibilisation de la population, hommes et femmes.

    •  
      Pati mbundu
      Pati mbundu écrit:

      En suivant l’émission, excusez moi j’ai beaucoup ri qu’une femme dans les réactions croit que la journée de la femme n’existe plus en RDC. Il faut donc la sensibilisation comme vous avez dit.

  2.  
    patie
    patie écrit:

    je partage l’avis de la dame qui dans les réactions pense que la journée du 8 mars est devenue terne et ne mobilise plus.or si il n y a plus mobilisation comment voulez vous que le message passe aupres de femmes, des messages dans leur lutte pour leur droits

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

Ramadanreplay |
Thock1979 |
Secretstory7infos |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tournagelost
| Toikytikonai
| the official green coffee b...