Questionsdegenre

Un site utilisant unblog.fr

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 7 janvier 2014

Bernadette DIATOMBA, fabricante de meubles et architecte d’ intérieure

Bernadette DIATOMBA est mariée à monsieur Mansoni et est mère de quatre enfants. Originaire du Bas-Congo, madame DIATOMBA MANSONI est architecte intérieure. Elle  fabrique aussi  des meubles. Elle est à la tête de «  Le Tracé » ;son entreprise de fabrication et de vente des meubles située sur l’avenue des huileries non loin du stade des Martyrs.

  La cinquantaine révolue,   cette femme d’exception par ce  qu’elle fait affirme  qu’elle n’a pas des problèmes pour concilier son ménage et son travail, tous ses enfants ayant déjà grandi «  je n’ai pas assez de problèmes pour mon foyer et je m’en sors très bien. J’ai une maman qui m’aide pour les travaux ménagers pendant presque 26 ans, elle connait très bien la maison, avant de sortir je la vois et je laisse les instructions si elle n’est pas encore là je lui laisse une note pour lui dire ce qu’elle doit faire et lorsque je reviens je fais le reste. »

bernadette

Poussée par son mari architecte de formation, madame Bernadette DIATOMBA a fait la décoration intérieure à l’Académie de Beaux-arts, elle qui avait déjà fait le secrétariat et l’informatique après des humanités scientifiques : « C’est comme ça que je me suis retrouvée là-bas et ça m’a plu et j’ai aimé. Il faut cependant présenter beaucoup de meubles mais il arrive qu’on a pas toujours ce moyen là pour acheter beaucoup de bois pour fabriquer plusieurs meubles pour l’exposition. Certaines personnes comprennent maintenant qu’il faut acheter les meubles fabriqués sur place parce que le bois importés très souvent ne dure pas, telles les tables vitrées. C’est comme ça que certaines personnes comprennent qu’il faut acheter du local, ça prend beaucoup plus de temps et c’est beau. »

Le regard des autres encouragent madame DIATOMBA Mansoni  à aller de l’avant : « certaines personnes s’étonnent de voir une dame travailler le bois mais on ne me minimise pas au contraire elles sont étonnées, elles sont fières de voir qu’il y a une dame fait ça surtout quand elles regardent les meubles elles sont impressionnées, en tout cas elles aiment beaucoup, elles apprécient. »

 

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le 7 janvier 2014
A 11 h 03 min
Commentaires : 2
 
 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 7 janvier 2014

Maitre Prince Bushiri , les femmes ne veulent pas souffrir avec un parti politique débutant

 La RDC continue à fournir des efforts afin de donner un cadre légal aux femmes du point de vue sécurité et protection. Cependant, les inégalités persistent encore entre les hommes et les femmes. Et pourtant, la constitution du pays consacre en son article 14, les principes d’égalité des droits, bushiride chances et de sexes. L’une des conséquences directes de cet article de loi est l’élaboration de la loi portant modalités d’application des droits de la femme et de la parité.

Cette loi renforce l’engagement du pouvoir public à bâtir une nation plus juste et a pour but de promouvoir l’équité du genre et l’égalité de droits, des chances et de sexes dans toutes les sphères de la vie nationale, notamment dans la gestion des affaires de l’état.

Membre du parti ACSP, Alliance des compatriotes pour le salut public et député honoraire, Maitre Prince Bushiri, invité de l’émission questions de genre de mardi 7 janvier 2014 sur la radio nationale, « c’est fini l’époque où les femmes attendaient que tout leur soit donné sur un plateau d’argent. »

Cet homme politique pense que les femmes doivent batailler dur pour rendre effective la loi sur la parité votée au cours de la commission mixte paritaire Assemblée nationale-Sénat à la veille de la clôture de la session de Septembre 2013.

« Les femmes doivent créer des partis politiques, des associations en vue de mériter la parité. Il s’est réjouit du fait que la loi comporte également des sanctions au cas de non application. Une première ! »

Sur le retard  pris pour l’adoption de la loi sur la parité au parlement, le député honoraire Prince Bushiri le met notamment sur le compte de pesanteurs culturelles: « la RDC, à l’instar de beaucoup des nations en Afrique a franchi une grande étape en ce qui concerne la ratification des instruments juridiques nationaux et internationaux. En tant qu’africain, on était aussi lié par le poids des traditions et des coutumes rétrogrades. Ainsi, il fallait bien cerner les contours et s’assurer qu’une fois votée cette loi ne connaitra plus d’entorse. » 

 

Maitre Prince Bushiri se dit lui-même « genré » car chez lui à la maison, il ne fait pas de différence dans l’éducation des garçons et les filles. Il les traite sur le même pied d’égalité. Quant à son parti politique, il précise avoir beaucoup des femmes cadres. Mais il déplore que les femmes, « souvent ne veuillent pas souffrir avec un parti politique débutant tout simplement parce qu’elles aiment la facilité. » Néanmoins, notre invité a reconnu qu’il y a des femmes compétentes et intelligentes.

Dans : Non classé
Par questionsdegenre
Le
A 10 h 43 min
Commentaires : 2
 
 
 

Ramadanreplay |
Thock1979 |
Secretstory7infos |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tournagelost
| Toikytikonai
| the official green coffee b...